Meta va limiter ses investissements dans la réalité virtuelle et augmentée

Meta va limiter ses investissements dans la réalité virtuelle et augmentée
Innovation

Les résultats financiers du premier trimestre 2022 sont tombés. Pour Meta, ils ont provoqué un (léger) changement de cap, avec une baisse des investissements dans la réalité virtuelle et augmentée, qui plombent les comptes du groupe. Attaqué aussi sur son business model (la publicité en ligne), le groupe de Mark Zuckerberg est plus que jamais à la croisée des chemins. Mais le milliardaire a choisi de tout miser sur le métavers, et il ne changera plus, sauf cataclysme, son fusil d’épaule.

C’est sans doute l’une des grandes questions qui agitent la tech mondiale : Mark Zuckerberg a-t-il choisi de réorienter l’activité de Méta (ex-Facebook) vers la réalité virtuelle et augmentée uniquement par conviction dans l’avenir de ces technologies, ou parce qu’il sait, au fond, que son business model publicitaire, s’appuyant massivement sur la collecte de données personnelles, ne durera pas éternellement ?

Mark Zuckerberg met l’avenir de Meta dans la balance de la réalité virtuelle et augmentée

Bien sûr, le plus probable est que les deux réponses soient valables en même temps. Mark Zuckerberg compte même sans doute tirer tout l’argent possible de la revente des profils personnalisés, jusqu’au dernier centime que lui autoriseront les législations, tout en préparant l’avenir avec son cher métavers.

Quoiqu’il en soit, le pari est total : c’est bien l’avenir de Meta qui est dans la balance. Depuis 2014, le groupe a englouti des fortunes pour disposer aujourd’hui d’une équipe de 18 000 personnes travaillant dans le développement de la réalité virtuelle et augmentée.

Une croissance en hausse, mais moins rapide, des profits toujours colossaux, mais en baisse

Heureusement, Meta reste une entreprise très (très !) rentable. Mais, pour autant, certains actionnaires commencent à s’inquiéter de ce all-in sur le métavers. D’autant que la croissance du groupe s’essouffle. Si bien que Mark Zuckerberg va réduire un peu ses investissements dans la réalité virtuelle et augmentée.

Tels sont les principaux enseignements de la présentation des résultats financiers de Meta pour le premier trimestre, ce 27 avril 2022. Le groupe a en effet enregistré 27,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur le période, en hausse de « seulement » 7 % – le taux le plus bas depuis son entrée en Bourse en 2012.

Les profits restent colossaux, à 7,5 milliards de dollars, mais accusent une baisse de 21 % par rapport au premier trimestre 2021. Dit autrement : Meta a toujours une croissance qui ferait rêver tout entrepreneur, et un taux de profit inégalable.

L’empire Meta fragilisé par Apple, TikTok et les régulateurs

Mais l’empire Meta semble toutefois plus fragilisé que jamais. Apple a ainsi mis en place l’App Tracking Transparency, qui empêche par défaut l’utilisation de cookies publicitaires, et qui aurait déjà fait perdre au moins 10 milliards de dollars de revenus à Meta, en moins d’un an.

Dans le même temps, les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux sont de plus en plus happés par TikTok, réduisant d’autant les revenus de groupe sur une cible prioritaire. Par ailleurs, les régulateurs, européens et étatsuniens, ne désarment pas : Meta anticipe des dépenses d’environ un milliard de dollars en amende, et risque de voir ses revenus publicitaires encore rognés par des législations toujours plus favorables à la vie privée.

Enfin, la guerre en Ukraine a touché le marché de la publicité en ligne. Le tableau pourrait paraître apocalyptique. Mais rappelons que Meta a bien dégagé un BÉNÉFICE de 7,5 milliards de dollars sur le trimestre ! Qui plus est, le nombre d’utilisateurs de Facebook est reparti à la hausse, Instagram se porte assez bien, et les Reels sont globalement un succès.

Meta diminue ses investissements dans la réalité virtuelle et augmentée de 3 milliards de dollars pour 2022

De quoi patienter jusqu’à ce que le marché de la réalité virtuelle et augmentée devienne rentable, d’ici 2030 pour Mark Zuckerberg. Les résultats du dernier trimestre souffrent cependant des 2,96 milliards de dollars de dépenses de Reality Labs (la division réalité virtuelle et augmentée du groupe), pour seulement 695 millions de revenus.

Reste qu’après avoir investi 10 milliards de dollars dans Reality Labs en 2021, Mark Zuckerberg, qui avait annoncé une nouvelle hausse des investissements dans ce secteur pour cette année, a concédé aux actionnaires une réduction des dépenses pour Reality Labs de 3 milliards de dollars en 2022.

De quoi annoncer de futurs beaux bras de fer entre l’omnipotent patron de Meta, bien décidé à gagner son pari AR/VR au long terme, et ses actionnaires, qui préfèrent de beaux profits à court terme…

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.