Iziwork, spécialiste de l’e-interim, lève 4,5 millions d’euros

Sep 25, 2018
Vote on Hacker News

iziwork-interim-leve-45-millions

La plateforme française iziwork, spécialiste de l’interim en ligne, vient de boucler sa première levée de fonds : 4,5 millions d’euros qui vont permettre à la spart-up doper son déploiement et sa recherche et développement.

Iziwork est une très jeune pousse, puisque la start-up a été créée en avril 2018 : en quelques mois elle a déjà fait son trou dans le secteur de l’intérim, en remplaçant les agences physiques par une plateforme 100% numérique – à la façon de Staffmatch.

“Fluidifier l’accès au travail temporaire »

Le but revendiqué d’Iziwork est de “fluidifier l’accès au travail temporaire pour les 2,5 millions de Français intérimaires et freelances en optimisant la gestion administrative », détaille Mehdi Tahri, cofondateur de la jeune pousse.

La plateforme met en relations intérimaires et entreprises, en fonction de leurs demandes respectives ; une fois la mission achevée, les deux parties se notent mutuellement, afin d’affiner l’octroi des futures missions : « L’accès aux meilleures missions est réservé aux candidats les plus compétents. Les notes sont prises en compte mais nous analysons aussi une multitude de données : ponctualité, fiabilité, fidélité, temps de réponse… Cela permet de garantir un accès juste et transparent aux missions » expose Mehdi Tahri.

Cette offre sans agence physique permet à Iziwork de réduire ses frais de fonctionnement, et d’offrir aux entreprises des coûts réduits de 30% en moyenne. Si le fichier client de la start-up reste secret, Intermarché ou Audity lui ont déjà fait confiance.

Doubler les effectifs et booster le développement commercial

Cette rapide montée en puissance vient d’être couronnée par une première levée de fonds de 4,5 millions d’euros, auprès de GFC Rocket Internet et de Maximilian Bittner, directeur général de la société d’e-commerce Lazada.

Cette somme va lui permettre de recruter 30 nouveaux employés, doublant pratiquement ses effectifs, dont une moitié d’ingénieur. Car si Iziwork a besoin de muscler son développement commercial pour s’imposer dans l’ensemble de la France, la start-up a également besoin d’améliorer ses applications et algorithme.

« Nous sommes avant tout une entreprise tech : notre différenciation repose sur l’intelligence artificielle et la data. C’est pourquoi nous allons également tripler nos investissements en R&D » programme Mehdi Tahri.