Assistants personnels : Alexa (Amazon) et Cortana (Microsoft) se rapprochent

Sep 18, 2017
Vote on Hacker News

assistants-personnels-alexa-cortana-rapprochent

Dans la bataille des assistants personnels numériques qui secoue le monde des nouvelles technologies, une pierre massive vient d’être déposée dans les jardins de Google et d’Apple : Amazon et Microsoft ont décidé de s’unir pour rapprocher leurs assistants respectifs, Alexa et Cortana. L’objectif de cette union est multiple : proposer plus de fonctionnalité à l’utilisateur, toucher plus de terminaux différents et, in fine, imposer cet assistant au maximum d’utilisateurs, pour damer le pion aux deux autres mastodontes du secteur, Google (avec Assistant) et Apple (avec Siri).

Parmi les champs d’application des technologies d’Intelligence Artificielle, celui qui va toucher le plus rapidement le grand public est probablement les assistants personnels, ces IA à commande vocale qui permettent de piloter un outil numérique en lui parlant. Cet assistant se caractérise par ses capacités d’apprentissage, qui lui permettent de s’adapter progressivement aux goûts, habitudes et préférences de son utilisateur – pour personnaliser au plus l’expérience.

Une guerre technologique et commerciale pour dominer un marché prometteur

Smartphones, tablettes, ordinateurs, enceintes connectées, objets connectées – les domaines d’application sont larges, faisant de l’avenir de ces assistants un enjeu capital pour les géants du numérique.

Dans un secteur où les places au soleil sont rares et où tout avantage technologique peut, potentiellement, offrir une position hégémonique à son possesseur, la bataille fait rage pour avoir l’assistant le plus efficace, le plus intelligent, aux capacités d’apprentissage les plus élevées, et surtout équipant les maximum de terminaux.

En la matière, le New York Times vient de révéler un accord, remontant à la fin de l’année 2016 mais qui vient d’être rendu public, entre Microsoft et Amazon, pour rapprocher leurs deux assistants, Cortana et Alexa. L’annonce peut surprendre, Microsoft venant de lancer une enceinte connectée destinée à concurrencer frontalement l’hyper leader du marché, l’Amazon Echo.

Un rapprochement Alexa-Cortana pour le bien de l’utilisateur…

Mais les deux géants ont, en réalité, de réelles raisons de s’entendre. La principale raison invoquée lors de l’union est d’offrir à l’utilisateur les avantages cumulés des deux assistants. Les outils développés par Microsoft proposeront en priorité Cortana et Alexa comme assistants, et seront optimisés pour ces derniers ; il en sera de même pour les produits Amazon. Un utilisateur d’un PC tournant sous Windows ou d’une enceinte connectée Echo pourra ainsi passer d’un assistant à l’autre, en fonction de ses besoins et des points forts de l’un ou l’autre.

Les modalités pratiques de cette union ne sont pas encore clairement définies : les deux assistants vont-ils partager leurs capacités d’apprentissage, pour que l’un apprenne ce que l’autre apprend, leur permettant de progresser ensemble ? ; à terme, les deux assistants vont-ils réellement fonctionner ensemble, et déterminer par eux-mêmes lequel est le plus adapté à la demande de l’utilisateur ? ; ce mariage conduira-t-il, au bout du compte, à leur fusion en un assistant unique ?

ou pour mieux concurrencer Google et Apple ?

Si ces questions n’ont pour l’heure pas de réponses, un avantage, évident, de ce rapprochement, est d’installer en assistant « privilégié » Cortana et Alexa sur un nombre plus élevé de terminaux. Et d’habituer l’utilisateur à ces deux futurs jumeaux, pour qu’il les choisisse systématiquement – y compris sur son smartphone ou sa tablette !

Car c’est bien l’enjeu principal de cette union : venir concurrencer, en s’alliant, Google et Apple sur leur terrain. Google Assistant et Siri sont présents essentiellement sur smartphones et tablettes (ainsi que sur le Google Home et la future enceinte connectée d’Apple), un support crucial pour les assistants personnels. Et si chaque terminal pourra, à terme, choisir l’assistant qu’il préfère (rien n’empêchera de faire tourner Cortana avec un iPhone, Siri sur un PC ou Alexa sur un smartphone Android), le constructeur avantagera en terme de pré-installation, de compatibilité et de visibilité son propre assistant.

Objectif : habituer l’utilisateur à son assistant pour qu’il l’utilise sur tous ses terminaux

Le pari de Google (et, dans une moindre mesure, d’Apple) est de profiter de leur force de frappe en matière de smartphone pour imposer leur assistant aux utilisateurs qui, habitué à lui, l’installeront sur leurs autres terminaux. Le pari d’Amazon et de Microsoft est de proposer leurs assistants unis sur leurs enceintes et leurs PC, de façon à ce que l’utilisateur profite à plein de leurs avantages, et décide de l’installer sur son smartphone – un secteur où Amazon et Microsoft ont connu de cuisants échecs.

Car si Siri est aujourd’hui l’assistant à la plus grande notoriété mondiale et Google Assistant celui installé sur le plus grand nombre de smartphone, Amazon et Alexa dominent le monde des enceintes et des objets connectés, et Cortana celui des PC. Les pièces sont, une nouvelle fois, en place. La partie peut commencer.