Chine : comment Alibaba étend son empire

Jun 9, 2017
Vote on Hacker News

Fort de résultats au 31 mars 2017 exceptionnels, adossé à un marché de 731 millions d’utilisateurs, Alibaba, le géant chinois de la vente en ligne, veut utiliser ses bénéfices records pour se diversifier, notamment dans le cloud, l’intelligence artificielle et le divertissement. Analyse.

Les chiffres sont tombés. Vertigineux, surtout dans une économie chinoise qu’on présente comme en crise. Les exercices fiscaux sont clos, en Chine, le 31 mars : Alibaba, le premier réseau de vente en ligne de Chine, a annoncé une croissance de ses ventes de 56% sur cette année, pour un total de 158 milliards de yuans, soit plus de 20 milliards d’euros. Le premier trimestre 2017 a été particulièrement dynamique, avec une croissance de 60% par rapport au dernier trimestre 2016, et des profits qui ont doublé.

Ces résultats florissants démontrent le fossé se creusant, en Chine, entre des entreprises d’Etat souvent en mauvaise santé et des sociétés privées de services, souvent en pleine expansion. Alibaba profite aussi de l’explosion des usages d’Internet en Chine, et notamment du commerce en ligne : sur les 731 millions d’internautes chinois, pas moins de 451 millions utilisent les plateformes d’achat d’Alibaba, et le groupe contrôle 80% du commerce en ligne. « L’économie globale pourrait ralentir mais le divertissement est contracyclique et Alibaba y figure en bonne place », estime Shi Jialong, un analyste de Nomura.

Un spécialiste de la vente en ligne devenu un « groupe de données »

Première capitalisation boursière de Chine, avec plus de 300 milliards de dollars, Alibaba entend se diversifier. La société de Jack Ma, l’homme le plus riche de Chine, se présente désormais comme un « groupe de données ». En effet, même si la vente en ligne continue d’être, de loin, la principale source de profit du groupe, le marché chinois de la vente en ligne arrive à maturité, et la croissance du groupe passe par ses autres secteurs d’activité.
Et son plus grand trésor est l’ensemble des données qu’il détient sur ses 507 millions d’utilisateurs : « leurs habitudes de consommation, leur démographie et leurs goûts en matière de divertissement grâce à sa branche média, le tout lié par Alicloud, et assemblé sous un seul identifiant utilisateur. La manière d’utiliser ces données pour améliorer ses algorithmes – afin de donner aux utilisateurs une expérience personnalisée, et aux marques une analyse précieuse de leurs clients – n’en est qu’au commencement », expliquaient des experts d’HSBC dans une note du 19 mai de cette année.

Un service cloud actif, offrant des plus-values d’intelligence artificielle

« Alibaba cloud » est justement en plein développement, avec une progression de ses revenus de 175% sur ce début d’année par rapport à 2016. Et si ce service ne génère pas encore de profit, il permet, avec 874 000 utilisateurs payants, à Alibaba d’imposer une domination sans partage sur le marché chinois du cloud.

L’une des grandes originalités du service de cloud d’Alibaba est qu’il offre, en plus du stockage classique, des solutions d’intelligence artificielle à destination des entreprises, notamment des services d’analyse de données pour l’organisation de la production industrielle, l’amélioration de l’efficacité énergétique ou l’exploitation du fichiers client. Autant de secteurs où le groupe de Jack Ma a pris de nombreuses longueurs d’avance sur ses concurrents chinois.

Bientôt un Netflix à la Chinoise ?

Le secteur du divertissement peine en revanche, pour l’instant, à tenir la comparaison avec les leaders chinois du secteur, et la branche « média et divertissement » d’Alibaba a enregistré 1,7 milliard de yuans (220 millions d’euros) de pertes au premier trimestre : le fer de lance d’Alibaba dans ce domaine, la plateforme de vidéos Youku Tudou, est bien moins populaire que ses concurrentes détenues par Baidu et Tencent.

Mais Alibaba compte bien y remédier, et annonce 7 milliards d’euros d’investissement sur 3 ans dans des contenus originaux, pour faire de Youku Tudou un Netflix chinois.