La start-up française Medical Intelligence Service et Sanofi lancent une IA pour le diagnostic des maladies rares

La start-up française Medical Intelligence Service et Sanofi lancent une IA pour le diagnostic des maladies rares
Innovation

Ce 24 février 2022, la start-up française Medical Intelligence Service et Sanofi ont présenté AccelRare, leur projet d’iA d’aide au diagnostic des maladies rares. En phase de test, le dispositif devrait être déployé d’ici la fin de l’année 2022.

Face aux maladies rares (moins d’un cas sur 2 000 patients), l’errance médicale – le temps, parfois très long, que met la maladie a être diagnostiquée – constitue souvent une importante perte de chance pour les patients. Diagnostiquer suffisamment tôt une maladie rare est donc un véritable enjeu de santé publique.

Pour répondre à ce besoin, Sanofi s’est associé à la start-up française Medical Intelligence Service pour développer le projet AccelRare, présenté ce 24 février 2022, qui vise à développer un processus d’apprentissage automatique de diagnostic des maladies rares.

Avec AccelRare, Sanofi et Medical Intelligence Service veulent aider les médecins à diagnostiquer des maladies rares

En cours de développement, AccelRare s’appuie sur le logiciel MedVir, développé par Medical Intelligence Service, un outil de pré-diagnostic prenant en charge les symptômes de 750 pathologies pour aider les médecins dans leur prise de décision. L’un de ses rôles essentiels est d’éviter que le personnel médical oublie une option de diagnostic, et passe à coté d’une pathologie potentiellement grave.

AccelRare, qui devrait être mis à disposition des professionnels de la santé fin 2022, adapte ce principe à 270 maladies rares. Le principe est simple : le médecin rentre une liste de symptômes, AccelRare lui indique une liste de maladies rares associées à ces symptômes, assortie d’informations sur ces maladies et les coordonnées du centre expert le plus proche.

En phase de test

Là encore, le but n’est pas que l’IA décide à la place du médecin, simplement qu’elle lui signale une correspondance entre l’état clinique du malade et une pathologie auquel il pourrait ne pas avoir pensé.

Pour l’heure, AccelRare est en phase de test auprès d’experts, sur la base de cas cliniques réels, afin d’ajuster « le degré de pondération et de sélectivité » des différents symptômes renseignés, précisent Sanofi et Medical Intelligence Service.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.