FCC : la nomination de Gigi Sohn, un préalable au rétablissement de la neutralité du net ?

FCC : la nomination de Gigi Sohn, un préalable au rétablissement de la neutralité du net ?
Innovation

Le président américain Joe Biden est un grand partisan de la neutralité du net, et il souhaite la rétablir aux Etats-Unis. Mais, pour faire sauter les verrous placés par l’administration Trump sur sa route, la Federal Communications Commission (FCC), l’organe de régulation des télécoms aux Etats-Unis, doit soutenir pleinement cette position. Or, si Joe Biden a pu confirmer Jessica Rosenworcel comme présidente de la FCC, il manque à la comission un cinquième membre pour pouvoir prendre des décisions. Le président a proposé l’explosive Gigi Sohn, défenseure acharnée des droits civils et de l’intérêt public. Un choix loin de faire l’unanimité.

Sous la présidence de Donald Trump et sous la direction d’Ajit Pai, la FCC a réussi à abattre la neutralité du net sur le sol américain, au grand bonheur des opérateurs télécoms, via des pratiques parfois plus que discutables, sur la forme comme sur le fond.

Jessica Rosenworcel confirmée comme présidente de la FCC, une bonne nouvelle pour la neutralité du net

La nouvelle administration Biden entend rétablir cette neutralité de réseau. Mais l’opération n’a rien d’une sinécure : le processus s’annonce long et complexe et, surtout, il nécessite une FCC clairement favorable à la neutralité du net.

Dans cet objectif, Joe Biden a nommé, dès son intronisation, Jessica Rosenworcel comme présidente par intérim de la FCC. Cette fervente défenseure de la neutralité du net a été confirmée à ce poste, de plein droit, en octobre 2021, une nomination validée ensuite par la commission du commerce du Sénat.

Gigi Sohn, une défenseure de l’intérêt public à la FCC ?

Mais il reste un cinquième dernier poste à pourvoir, la FCC étant actuellement partagée entre 2 membres pro-républicain et 2 membres pro-démocrates, respectivement opposés et favorables au rétablissement de la neutralité du net.

Joe Biden a proposé pour ce poste l’explosive Gigi Sohn, fondatrice de Public Knowledge, et conseillère de Tom Wheeler, président de la FCC sous Barack Obama  : cette ardente défenseure de l’intérêt public et des droits civils a mené de nombreuses croisades, virulentes, contre les industries des télécoms et des médias, notamment sur les questions de la concentration des acteurs et de neutralité du net.

Elle s’est toujours montrée favorable à un cadre réglementaire tendant au pluralisme et limitant au maximum l’hégémonie de grands groupes télécoms intégrés.

Un tweet acerbe contre Fox News qui fait polémique

Son audition devant le Sénat fut donc inhabituellement agitée. Elle a dû par exemple répondre de certains tweets passés, notamment des attaques acerbes contre Fox News, où elle estimait que la chaîne était le média dont l’impact anti-démocratique était le plus fort, l’accusant de mener « une propagande parrainée par l’État, avec peu ou pas de points de vue opposés ».

Le tweet s’est retrouvé en première page du Wall Street Journal, présenté comme l’argument numéro 1 contre la nomination de Gigi Sohn, coupable d’un manque flagrant de neutralité vis-à-vis des médias.

« Je comprends que (ces tweets) soient inquiétants pour certains, et tous ceux qui me connaissent savent que je suis assez directe. Mais ils ont été faits dans mon rôle de défenseure de l’intérêt public. … Peut-être que le ton était un peu plus tranchant, peut-être que j’aurais dû l’atténuer un peu, mais encore une fois, cela faisait partie de mon travail en tant que défenseure de l’intérêt public », s’est défendu Gigi Sohn.

Un soutien inattendu

Elle a aussi garanti que ses opinions en tant que défenseure de l’intérêt public n’auront pas d’incidence dans son comportement si elle est confirmée à la FCC, tout en précisant qu’elle voulait lutter contre la désinformation en général, et que Fox News n’était qu’une part d’un problème plus vaste, englobant notamment les réseaux sociaux.

Gigi Sohn a d’ailleurs reçu un soutien inattendu des directeurs de deux autres médias conservateurs, Charles Herring de One America News Network et Chris Ruddy de Newsmax. Le premier a notamment salué « le plaidoyer de Mme Sohn en faveur de la diversité dans la programmation, en particulier dans les informations, indépendamment des conflits avec ses opinions personnelles ».

Si sa nomination était confirmé, elle deviendrait par ailleurs la première personne ouvertement LGBTQ+ à siéger à la FCC.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.