Le Ministère des Armées au soutien du site Cybermalveillance.gouv.fr

Le Ministère des Armées au soutien du site Cybermalveillance.gouv.fr
Réglementaire

Ce 4 mars 2021, la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr, chargée de prévenir les cyber-attaques auprès des particuliers et des entreprises en France, a signé un partenariat avec le Ministère des Armées. L’objectif de cet accord est notamment de mieux protéger l’écosystème des 4 000 entreprises en lien contractuel avec le Ministère.

« Au cours des 12 derniers mois, les attaques cyber ont été multipliées par quatre. Elles ne visent plus uniquement les grandes entreprises et les géants de la tech, mais elles s’immiscent désormais dans notre quotidien », a déclaré la Ministre des Armées, Florence Parly, durant une visite, le 4 mars 2021, dans les locaux de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr.

Le Ministère des Armées et Cybermalveillance.gouv.fr renforcent leur collaboration

Elle en a profité pour signer un protocole d’accord entre le Ministère des Armées et Cybermalveillance.gouv.fr, afin de renforcer les liens entre les deux entités. Concrètement, le Ministère va dépêcher, à temps plein, un officier spécialisé dans la cybersécurité, pour travailler notamment sur l’analyse des menaces et des nouveaux modes opératoires des cyber-attaques.

L’accord prévoit aussi que la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr mette en place, en partenariat avec la Direction du Renseignement et de la Sécurité de la Défense (DRSD), un vaste programme de sensibilisation au risque cyber auprès des 4 000 entreprises en lien contractuel avec le Ministère des Armées. Le deux structures vont également intensifier leurs échanges d’informations.

Les sous-traitants, une porte d’entrée pour viser les grands industriels militaires français

Bruno Naran, de Naval Groupe, un programme de développements de navire de guerre, rappelle ainsi que 200 sous-traitants de petite taille travaillent en moyenne sur chaque projet. Soit autant de portes d’entrée possibles pour une cyber-attaque visant in fine Naval Group. « C’est pourquoi le ministère de la Défense entend renforcer sa chaîne de cyberdéfense de bout en bout, des acteurs majeurs aux plus petites entreprises », détaille Florence Parly.

Le Ministère des Armées consacre chaque année 1 milliard d’euros à la cybersécurité. Il faisait déjà partie du Groupement d’Intérêt Public Action contre la Cybermalveillance (GIP ACYMA), qui dirige la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.