Ecosia finit par accepter les enchères d’Android (et donc de Google)

Ecosia finit par accepter les enchères d’Android (et donc de Google)
Réglementaire

Le ralentissement de son activité suite au confinement a poussé Ecosia, le moteur de recherche alternatif qui plante des arbres, à franchir le Rubicond : la société vient d’annoncer qu’elle allait participer aux prochaines enchères mises en place par Android. Objectif : être proposé, à la configuration d’un smartphone, parmi les quatre moteurs proposés par défaut.

C’est une des conséquences des condamnations à répétition de Google devant la Cour de Justice Européenne pour abus de position dominante sur Android. La firme est désormais contrainte, à la configuration de chaque smartphone Android, de proposer à l’utilisateur au moins trois autres moteurs de recherche que Google.

Google met aux enchères les places de moteurs de recherche alternatifs de base sur Android

Mais le géant de Mountain View a provoqué l’ire des moteurs alternatifs en mettant en place un système d’enchères pour faire partie des trois heureux élus. Certains ont décidé de jouer le jeu, comme DuckDuckGo et Info.com, qui se sont alignés à toutes les enchères et sont désormais proposés dans tous les pays où cette fonctionnalité est active.

Certains ont préféré cibler uniquement leur marché principal, comme Qwant qui n’a remporté d’enchères qu’en France, non sans critiquer fermement la politique de Google en la matière. Et d’autres avaient refusé catégoriquement ce principe d’enchères.

Ecosia change son fusil d’épaule suite au confinement

Ecosia, le moteur de recherche écologique, qui finance la plantation d’arbre par ses revenus publicitaires, faisait partie de ceux-là : «  l’incapacité de Google à remédier efficacement à ses problèmes démontre un mépris de la politique européenne de la concurrence  », avait attaqué Christian Kroll, son patron.

Mais la donne a changé, et Ecosia devrait s’aligner sur la prochaine salve d’enchères, qui s’ouvrira en septembre. « Les revenus d’Ecosia ont été touchés par la pandémie de Covid-19 , avec une baisse pouvant atteindre 1,2 million d’euros entre février et juin », concède l’entreprise allemande. « Il est donc essentiel de protéger la visibilité de la marque pour qu’Ecosia puisse continuer à investir dans des projets de plantation d’arbres ».

Reste à savoir si Ecosia s’alignera sur les 31 enchères (28 membres de l’Union plus l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein) ou si elle visera certains pays clés.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.