L’assurtech français Luko lève 20 millions pour changer de dimension

L’assurtech français Luko lève 20 millions pour changer de dimension
À la Une

La start-up française Luko, spécialisée dans les solutions d’assurance habitation 2.0, vient d’annoncer une des plus importantes levée de fonds de l’année de la French Tech, avec 20 millions d’euros, apportés par des fonds renommés. Cet argent va permettre à Luko de s’engager dans de nouveaux marchés. Objectif : devenir à court terme un leader européen de l’assurtech.

L’assurtech est décidément une des branches les plus dynamiques de l’écosystème de la French Tech. La jeune pousse Luko avait levé 2 millions d’euros en 2018, auprès de plusieurs business angels, dont Xavier Niel et Bruno Rousset, fondateur d’April Assurances, afin de soutenir son développement en France.

Luko, une jeune pousse française soutenu par des fonds prestigieux

Un peu plus d’un an après, Luko s’apprête à changer de dimension, avec une levée de fonds record de 20 millions d’euros, que le groupe a annoncé, le 19 novembre 2019. Le tour de table a été mené par trois fonds d’investissement, Accel, Founders Fund et Speedinvest.

Preuve que la jeune pousse française a tapé dans l’oeil de l’écosystème mondial : le fonds californien Founders Fund réalise sa première levée de fonds en Europe depuis 2011 ! Les deux derniers tours de table auquel le groupe a participé sur le Vieux Continent concernait des jeunes pousses nommées DeepMind (depuis racheté par Google et devenu l’IA la plus avancée du monde) et Spotify, devenu leader mondial de son secteur.

« Nous développer rapidement sur le marché européen pour créer un leader du secteur »

« Nous sommes fiers de voir les investisseurs de success stories telles que Spotify, Doctolib, N26 ou encore Oscar rejoindre l’aventure Luko Avec leur soutien et expertise, nous allons pouvoir accélérer notre vision d’une assurance qui qui va prévenir plutôt que guérir. Ce financement nous permettra également de nous développer rapidement sur le marché européen pour créer un leader du secteur« , pointe avec satisfaction Raphaël Vullierme, co-fondateur de la start-up.

Pour l’heure, Luko n’est réellement implanté que sur le marché français, où il revendique déjà 20 000 clients. Mais la start-up a développé nombre d’outils innovants qui lui donnent un potentiel de développement européen, sinon mondial.

Luko : faire passer l’assurance de la réaction à la prévention

L’assurtech veut ainsi faire basculer le secteur de l’assurance habitation dans le 21ème siècle. Avec un mantra : « passer de la réaction à la prévention ». Le but n’est plus uniquement de rembourser les sinistres, mais de les éviter, en devenant un véritable partenaire au quotidien de l’assuré dans son rapport à son logement.

Luko a par exemple développé une offre de protection combinant trois boitiers fixés sur le compteur électrique, la porte d’entrée, ainsi que l’arrivée d’eau et le compteur d’eau. Le client est ainsi prévenu dès qu’une anomalie est détectée.

En juin 2019, Luko a par ailleurs mis sur pied un partenariat avec le réassureur allemand Munich Re, pour développer une offre utilisant la reconnaissance visuelle d’images satellites de la maison. L’IA permet de détecter les problèmes avant qu’ils surviennent, notamment ceux liés à l’environnement comme les zone inondables.

Gestion automatisée des sinistres et frais de service les plus bas du marché

Le groupe utilise par ailleurs le machine learning pour automatiser la gestion des sinistres et booster la satisfaction client. Un sinistre peut être enregistré en direct via la caméra d’un smartphone, déclenchant une proposition d’indemnisation sous deux heures et une intervention dans les 48 heures. Luko offre des remboursements 5 fois plus rapides, en moyenne, que la concurrence, grâce à une plateforme automatisée en ligne.

Autre innovation : Luko a réduit à 30% la part des cotisations utilisées pour la gestion des sinistres, le service client et le développement des technologies de protection. Soit les frais de service les plus faibles du marché. Ce sont donc 70% des montants cotisés qui sont placé dans le fonds commun « servant à dédommager rapidement les assurés en cas de sinistre« . Mieux : si, au terme de l’année, ce fonds n’a pas été intégralement utilisé, le solde est reversé à des associations choisies par les souscripteurs.

« Devenir beaucoup plus gros pour se faire une place »,

Luko entend ainsi développer une offre qui dépasse le strict cadre de l’assurance habitation classique : « L’assurance est un des éléments de la chaîne de valeur : ce n’est qu’un contrat qu’on achète, sans récurrence d’utilisation. Nous voulons nous positionner de manière plus verticale », expose Raphaël Vullierme.

Les 20 millions levés vont aider la jeune pousse à « accélérer la R&D et de distribuer les technologies à l’ensemble des assurés qui le souhaitent », selon un communiqué publié par Luko, mais aussi l’aider à se lancer dans deux nouveaux marchés en Europe d’ici fin 2020, avec, en ligne de mire, un changement d’échelle : « La France reste un marché de taille assez moyenne : pour les jeunes assurtech et autres fintech, il faut devenir beaucoup plus gros pour se faire une place », assure Raphaël Vuillerme.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.