Modems 5G : Apple achète la division mobile d’Intel, et reprend la main

Modems 5G : Apple achète la division mobile d’Intel, et reprend la main
Innovation

Nouvelle bataille dans la guerre des composants mobile qui fait rage depuis plusieurs mois. Apple vient d’annoncer le rachat, pour 1 milliards de dollars, de la division modem mobile d’Intel – dont le fondeur avait annoncé l’arrêt au printemps. Un joli pied de nez d’Apple à Qualcomm, avec qui la firme de Cupertino vient pourtant de conclure un accord historique. Explications.

Début 2019, Intel et Apple semblaient dans les cordes, et Qualcomm gonflait le torse. En ce milieu d’année, la donne vient peut-être de changer, via le spectaculaire achat, par Apple, de la division modem mobile d’Intel, pour 1 milliard de dollars.

Guerre des brevets entre Apple et Qualcomm

Rappel des faits : une véritable guerre faisait rage entre Apple et Qualcomm. Le fondeur accusait la firme à la pomme d’avoir utilisé, pour ses iPhones, plusieurs fonctionnalités brevetés par Qualcomm, sans verser la moindre indemnité.

Les hostilités ont démarré en 2017, et ont culminé par une série d’ordonnances interdisant la vente de certains modèles d’iPhone en Chine et en Allemagne. Et le fondeur menaçait d’étendre ces interdictions aux Etats-Unis.

Apple se marie avec Intel, dont les modems 5G patinent

Parallèlement à ce bras de fer, Apple avait annoncé son intention de cesser de se fournir chez Qualcomm pour le composant clé que lui apportait le fondeur, à savoir les modems (aussi bien 4G que 5G). Jusqu’ici, Apple se fournissait, suivant les modèles d’iPhones, auprès d’Intel ou de Qualcomm. La firme à la pomme avait décidé de se tourner exclusivement vers Intel. Dopant ainsi le carnet de commandes (moribonds) du fondeur pour ses modems mobiles.

Coup de théâtre, début 2019. Des indiscrétions révèlent qu’Intel est terriblement en retard sur le développement de ses modems 5G. Créant un vent de panique chez Apple, qui risquait de sortir un iPhone 5G avec un modem bancal, nettement inférieur à ceux de la concurrence.

Accord entre Apple et Qualcomm, Intel renonce aux modems mobiles

Cette situation a contraint Apple à s’entendre avec Qualcomm. Les deux firmes ont, dans un premier temps, réglé leurs contentieux. Apple a ainsi versé une somme (resté secrète) à Qualcomm pour viol de brevet. Accompagné d’un accord de licence et, surtout, d’un accord de fourniture pluriannuel. Apple décidait donc, clairement, de se tourner vers Qualcomm pour équiper ses Iphones de modems 5G de bonne qualité.

Dans la foulée, Intel annonçait la fermeture prochaine de sa division de modems 5G, reconnaissant implicitement sa défaite technologique dans la course à la 5G. Qualcomm avait donc de quoi pavoiser.

Vers des modems mobiles made in Apple

Mais, en cette fin juillet 2019, Apple et Intel tiennent leur revanche. La firme de Cupertino, en rachetant la division modem mobile du fondeur, récupère un transfert de technologie, 17 000 brevets et 2 200 employés. La transaction sera effective à la fin de l’année 2019.

L’objectif d’Apple semble limpide : la firme à la pomme construit déjà elle-même, avec un grand succès, les CPU et les GPU de ses terminaux mobiles, iPhone en tête. Apple a maintenant l’ambition de produire ses propres modems. De quoi faire frémir la concurrence : car la firme de Cupertino a largement prouvé sa capacité à développer des composants de grande qualité, et qui s’adaptent parfaitement à ses iPhones.

La bataille de la 5G relancée

Cette ambition devrait se réaliser à court terme pour les modems 4G, Intel disposant déjà de bonnes puces, dont la compatibilité avec l’écosystème Apple a fait ses preuves. Elle prendra sans doute plus de temps pour les modems 5G, où il faudra aux ingénieurs d’Apple, associés aux anciennes équipes d’Intel, travailler d’arrache-pied pour rattraper leur retard sur Qualcomm. Mais la perspective d’un modem 5G, ultra-performant, et conçu spécifiquement pour les iPhones, devient palpable à moyen terme.

Intel fait également une belle affaire dans la bataille. Au-delà de la manne financière, le fondeur place une jolie épine dans le pied de l’un de ses principaux concurrents. Qualcomm va en effet devoir se résoudre à ne plus vendre à Apple de modems 4G (à court terme), ni même de modems mobiles tout court (à moyen terme).

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.