Financement du streaming illégal : « il s’agit d’une erreur »

Financement du streaming illégal : « il s’agit d’une erreur »
Droit d'auteur

streaming

Voyage Privé, Engie, Quicksilver, Emirates, Habitat, Groupama… Qu’ont toutes ces marques en commun? Leurs publicités se sont retrouvées sur le site de live streaming illégal universfootball.free.fr. Problème : la principale source de financement des sites de live streaming illégaux sont les publicités qu’ils affichent…

« Le piratage génère un manque à gagner de 1,4 milliard d’euros par an en France ». Voici le constat qu’effectuait le cabinet d’audit et de conseil EY dans une étude publiée en février 2017. Dès lors, une question est sur toutes les lèvres : à qui la faute ? Aux pirates ? Aux internautes ? À l’État ? Rude Baguette a mené l’enquête.

Les sites de streaming et de téléchargement illégaux qui pullulent sur le Web se rémunèrent principalement grâce aux publicités qu’ils affichent. En règle générale, celles-ci sont à caractère pornographique ou bien font la promotion de différents jeux d’argent. Il est extrêmement difficile, voire impossible, de trouver la réelle identité de l’annonceur de ces pubs, les seules informations disponibles menant bien souvent à de fausses adresses ou à des sociétés qui ne sont pas légalement enregistrées. D’après le secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, de véritables « mafias numériques » se cachent derrière les sites de streaming illégaux.

Mais au cours de notre enquête, nous avons eu la surprise de découvrir que ce n’était pas toujours le cas : les sites de live streaming illégaux affichent parfois des publicités pour des marques mondialement connues. En témoignent ces captures d’écran du site de live streaming illégal universfootball.free.fr.

Streaming

 

streaming

Comment ces publicités pour des marques mondialement connues se sont-elles retrouvées sur un site de streaming illégal ? C’est ce que nous avons cherché à savoir. Pour ce faire, nous avons contacté les différents annonceurs (Engie, Voyage Privé, Quicksilver, Emirates, Groupama, Habitat) ainsi que la régie publicitaire liée aux encarts publicitaires présents sur ce site, ClickinText.

Le premier et le seul annonceur à nous avoir répondu de manière pertinente est Voyage Privé : après nous avoir indiqué être « navrée pour le délai de réponse un peu plus long qu’habituellement », notre interlocuteur nous a affirmé qu’« après enquête concernant ces publicités que Voyage Privé ne cautionne absolument pas, sachez qu’il s’agit d’une erreur. En effet, toutes nos publicités sont gérées en interne, mais aussi via un canal d’affiliation. Dans ce cas, il s’agissait d’une utilisation de notre programme d’affiliation contraire à nos guidelines. Nous avons donc immédiatement coupé ce programme d’affiliation et ainsi supprimé toutes les publicités diffusées sur ce site de streaming ».

Le rôle des régies publicitaires

Il semblerait donc que le responsable de cette « erreur » soit la régie avec laquelle collabore Voyage Privé, à savoir ClickinText. Soupçons confirmés par ClickinText en personne, qui nous a affirmé, quelques jours après que nous ayons reçu la réponse de Voyage Privé, ne pas être « au courant que le site universfootball.free.fr était un site de streaming illégal, l’éditeur concerné a uniquement indiqué lors de son inscription “Football” ». Et de rajouter : « Nous avons été alertés sur l’activité effective de ce site par l’un de nos annonceurs — coïncidence étrange, le même jour que votre email. Les sites de streaming étant interdits sur ClickinText, nous avons immédiatement fermé le compte de cet éditeur »

Depuis cet épisode, les encarts publicitaires présents sur le site de streaming illégal n’affichent plus de publicité Engie, Voyage Privé ou Emirates. Mais une question demeure : pendant combien de temps ce fut le cas et, si nous n’avions pas pris contact avec les annonceurs et la régie publicitaire impliqués, combien de temps ce financement aurait-il pu durer ? Car il s’agit bien d’un financement, la publicité représentant la majeure partie des revenus des sites de streaming illégaux.

Par ailleurs, tout porte à croire qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé : en mars 2018, le média européen Eureporter révélait avoir découvert que la célèbre société de paris sportifs en ligne Unibet finançait, là encore via des publicités, trois sites de live streaming illégaux (WatchSportOnline.cc, LiveSportStreams.net et MyFeed4U.net).

Contactée par Eureporter, la marque a affirmé ne pas être au courant de cette réalité, et ce alors que le code source indiquait que c’est la régie appartenant au groupe Kindred — qui détient la marque Unibet — qui était en lien direct avec les sites en question… Peu de temps après les révélations du média européen, les publicités de la société suédoise ont été retirées des trois sites illégaux.

Bien réelles, ces « erreurs » laissent planer le doute sur le rôle des régies publicitaires dans le financement du streaming illégal. Comment ne pas savoir que l’on contracte avec un site de live streaming illégal ? N’y a-t-il pas de vérifications faites au préalable ? Nul doute que ces questions ont été posées par Voyage Privé à la régie ClikinText, d’autant que les conséquences en termes d’image pour la marque peuvent être considérables. Mais aussi d’un point de vue juridique, le gouvernement français cherchant depuis longtemps à s’attaquer au streaming illégal ainsi qu’à ses financeurs.

Une chartre pour rien

Les dérives publicitaires des régies et des annonceurs ne sont pas nouvelles. En 2015, le gouvernement français avait lancé une « charte des bonnes pratiques dans la publicité pour le respect du droit d’auteur et des droits voisins ». Fleur Pellerin, à l’époque ministre de la Culture, avait alors réuni représentants des ayants droit (cinéma, musique, jeux vidéo), régies publicitaires sur Internet et annonceurs afin de leur faire signer cette fameuse chartre.

Objectif : « empêcher les annonceurs de retrouver leurs publicités sur des sites qu’ils n’auraient pas choisis et qu’ils se retrouvent à financer le téléchargement illégal d’œuvres protégées, notamment en passant par les plateformes d’achat de publicité par enchères ». La ministre avait par ailleurs précisé que cette charte était aussi l’occasion pour les annonceurs d’éviter ce type d’impair « particulièrement préjudiciable à leur image et leur réputation ».

Dans le cadre de la lutte contre le streaming et le téléchargement illégal initiée par le gouvernement français, cette chartre devait alors permettre d’assécher les revenus des sites contrevenants. Car comme l’indiquait Fleur Pellerin en 2015, « les sites contrevenant massivement au droit d’auteur et aux droits voisins tirent l’essentiel de leurs revenus de la publicité en ligne ».

Trois ans plus tard, le bilan du quinquennat Hollande dans la lutte contre le streaming illégal est — et le mot est faible — maigre. Outre l’utilisation des traditionnels sites de torrent, la montée en puissance de régies dite « warez » (terme d’argot utilisé pour désigner les produits légaux piratés) n’a pas faibli. Ces régies situées en Israël, en Suisse ou en Estonie posent un véritable problème de sécurité. Ouvrant et fermant constamment, n’ayant aucune existence juridique, et représentant une manne financière pour les hackers de tous poils, elles contribuent à faire croître un peu plus à une jungle numérique au détriment des éditeurs.

Là où le bât blesse, c’est que ces régies s’acoquinent souvent avec des annonceurs peu scrupuleux qui, béatement, plaideront la bonne foi une fois la main prise dans le sac. À l’heure où Françoise Nyssen dit vouloir endiguer « le hold-up du siècle » par le biais d’une « liste noire », il faudra peut-être plus qu’une chartre de bonne conduite aux régies pour mettre un terme à ce phénomène.

 

Droit de réponse de la régie ClickinText

L’article ci dessus met en cause notre société comme l’une des responsables du financement de sites de streaming illicites au moyen de la publicité.

Il y est sous-entendu que notre régie fermerait opportunément les yeux sur les activités de ces sites et ne les vérifierait pas suffisamment lors de leur inscription.

Il n’en est rien, notre société ayant bien conscience des enjeux pour ses annonceurs en termes d’image. Tout site exploitant une activité illégale, et en particulier les sites de streaming illicites, sont ainsi strictement interdits sur Clickintext.

A cet égard, nous tenons à préciser que des vérifications sont bien effectuées sur chacun des sites qui s’inscrivent à notre régie.

Nous ne pouvons qu’en déduire que le site www.universfootball.free.fr ne devait pas présenter de streaming illégal lorsqu’il a effectué sa demande d’inscription, car nous aurions sinon évidemment refusé cette demande.

C’est également la raison pour laquelle nous avons banni ce site de notre régie dès que nous avons eu connaissance de son activité actuelle.

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.