Dans la tempête, Huawei abandonne la fibre, et mise sur la 5G

Dans la tempête, Huawei abandonne la fibre, et mise sur la 5G
Financements

Toujours au cœur de l’actualité, après les lourdes sanctions imposées par Washington, Huawei vient d’annoncer que la firme cédait sa participation majoritaire dans une entreprise de pose de fibres optiques, pourtant largement bénéficiaire. Dans le même temps, le constructeurs continue de jouer des coudes sur les infrastructures 5G, notamment en Asie, puisqu’il a été exclu de marchés d’importance comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni.

Huawei s’en relèvera-t-il ? La firme a reçu de plein fouet les lourdes sanctions imposés par le gouvernement américain, en raison des risques de sécurité que représente le constructeur, accusé d’espionner pour le compte du gouvernement chinois. Ces sanctions vont limiter sa capacité à imposer ses produits sur les marchés occidentaux, d’autant que d’autres pays, comme le Royaume-Uni, l’ont exclu des tests en cours sur le déploiement de la 5G.

Huawei, second vendeur de smartphones au monde, cède son activité dans la fibre optique

Huawei est pourtant monté, en 2018, sur la seconde marche du marché des smartphones, tant en nombre d’unités vendues (c’était déjà le cas en 2017) qu’en chiffre d’affaire (une nouveauté 2018). Mais, face à la nécessité de trouver de nouveaux partenaires, de nouveaux fournisseurs, voire de développer de nouveaux outils, la firme de Shenzhen semble plus que fragilisée par cette annonce de Washington.

Hasard ou conséquence ? Une semaine après ces sanctions, Huawei vient d’annoncer qu’elle cédait sa participation majoritaire dans Huawei Marine, une filiale spécialisée dans la production et la pose de câbles de fibre optique. Huawei est une coentreprise avec le britannique Global Marine Systems, créée en 2009. Huawei en détenait 51%, ayant acquis, en août 2018, la majorité des votes au conseil d’administration, Global Marine Systems ne conservant qu’une participation sans contrôle de 49%.

Huawei Marine, une filiale plus que rentable

Huawei Marine avait enregistré, en 2018, un bénéfice net de de 115 millions de yuans (soit 14 millions d’euros) sur des revenus globaux de 394 millions de yuans (soit 51 millions d’euros). La coentreprise était loin de concurrencer les cadors du secteur de la fibre (Alcatel-Lucent, NEC Corp ou SubCom), mais elle semblait complémentaires des autres activités de Huawei, notamment dans le secteur de télécommunication.

Cela n’a pas empêché le constructeur chinois de céder l’intégralité de ses parts, et donc le contrôle du conseil d’administration. L’heureux acquéreur, la société chinoise Hengtong Optic-Electric, spécialisée elle aussi dans les réseaux de communication, l’a officialisé via un courrier adressé à la bourse de Shangai, publié dans le Financial Times. Le montant de l’acquisition n’a pas été révélé, mais elle a été effectuée en numéraire et en actions.

Huawei : tout pour la 5G !

Huawei semble avoir décidé de se focaliser sur le déploiement de la 5G, question hautement stratégique, quitte à abandonner la fibre optique. Le constructeur fait en effet partie des leaders mondiaux sur les commandes d’infrastructures réseau 5G. Le tout sans, rappelons-le, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Nokia vient certes de reprendre les commandes de la course à la 5G, avec 42 commandes d’infrastructures dans le monde, contre 40 à Huawei, qui suit donc de près. Ericson complète le podium, avec 19 commandes. La position de Huawei est donc bonne, mais elle est à relativiser quand on compare les investissements des trois firmes.

Investissements massifs, pour les équipements 5G les moins chers du marché

Huawei a en effet dépensé 15 milliards de dollars en recherche et développement sur la 5G en 2018, contre 9 milliards en tout pour Nokia ET Ericson. « Cette dépense massive donne à Huawei la capacité de fabriquer des puces et des routeurs à moindre coût. C’est l’une des raisons pour lesquelles les opérateurs européens sont réticents à interdire complètement le kit de Huawei », observe Subramanian Venkatraman, analyste chez MTN Consulting en Arizona, interrogée par ZDNet.

Huawei dispose donc un avantage concurrentiel de taille : ses équipements devraient, à qualité égale, coûter moins cher. Les restrictions de Washington gêne sa marche en avant, mais le constructeur sait que le marché des infrastructures réseau 5G est crucial pour lui, tout autant que les smartphones. En comparaison, la construction de fibres optiques semble effectivement parfaitement secondaire.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.