Jeux mobiles : le français Voodoo lève 200 millions de dollars

Jeux mobiles : le français Voodoo lève 200 millions de dollars
Financements

jeux-mobiles-voodoo-200-millions-dollars

Fin mai, le spécialiste français des jeux mobile Voodoo a changé de dimension : la start-up aux 60 employés a effectué une levée de fonds de 200 millions de dollars via le fonds d’investissement de la banque Goldman Sachs. Au programme : la création d’un bureau aux Etats-Unis, pour travailler au plus près d’Apple et de Google !

Dans la famille des success stories de la French Tech, Voodoo aurait de quoi revendiquer une place de choix. Fondée en 2013, la start-up développe des jeux vidéo dédiés aux smartphones, et s’est offert plusieurs succès mondiaux retentissants. Color Road, Snake VS Blocks ou Flying Arrow se sont tous hissés dans le top 50 mondial des téléchargements sur l’Apple Store ou sur Google Play.

Helix Jump, Color Road, Snake VS Blocks ou Flying Arrow : Des jeux au succès planétaire !

Son titre-phare, Helix Jump, a été téléchargé 41 millions de fois au cours du seul mois de mai, ce qui en fait le deuxième jeu mobile le plus populaire sur cette période ! Au total, les jeux de l’éditeur cumulent chaque mois environ 150 millions d’utilisateurs, et ses sorties sont scrutées avec gourmandises par les aficionados – et les publicitaires !

De quoi attirer l’attention d’investisseurs avisés : c’est la banque Goldman Sachs, via son fonds West Street Capital Partners VII, qui vient d’entrer au capital de l’entreprise d’une soixantaine de salariés, en injectant pas moins de 200 millions de dollars (172 millions d’euros). « Pour nous, c’est très clairement un changement d’échelle », a recnnu Alexandre Yazdi, co-fondateur de l’entreprise, à l’agence de Presse Reuters.

Vers un changement d’échelle, et un rapprochement avec Apple et Google ?

Approché depuis de longs mois par Apple et Google, qui souhaiteraient travailler en collaboration avec ce créateur de contenus populaires sur leurs boutiques d’application, Voodoo devrait doubler ses effectifs d’ici la fin de l’année et sans doute ouvrir un bureau aux Etats-Unis, probablement dans la Silicon Valley.

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.