Tracer l’origine d’un poulet avec la blockchain, c’est possible !

Tracer l’origine d’un poulet avec la blockchain, c’est possible !
Innovation

tracer-origine-poulet-blockchain

Les applications de la blockchain continuent de se multiplier : après les crypto-monnaies et les secteurs financiers ou médicaux, c’est la grande distribution qui vient de s’en emparer : Carrefour vient de sortir une blockchain pour assurer la traçabilité de ses produits. Premier concerné : un poulet fermier.

L’avènement de la blockchain semble en marche : au-delà d’un possible effet de mode, cette technologie gagne sans cesse des applications, y compris dans des domaines où on ne l’attendait pas. Si elle se développe, fort logiquement, dans tous les secteurs nécessitant des échanges sécurisés et infalsifiables, notamment financiers (crypto-monnaie, banques, assurances, énergie… mais aussi la certification d’identité), une application vient de voir pour… assurer la traçabilité des produits vendus dans la grande distribution.

Une fiche de suivi du poulet sur la chaîne de bloc

Mardi 6 mars 2018, Carrefour a annoncé, via un communiqué de presse, qu’il lançait la première blockchain alimentaire d’Europe. Le dispositif est pour l’instant testé sur un produit, un poulet fermier d’Auvergne, produit par le groupe lui-même.

Le principe est simple : chaque partenaire participant à l’élaboration du produit fini renseigne des données liées à un poulet unique – pour le couvoir, l’élevage, l’alimentation, la transformation et le stockage. « Les prestataires ont un identifiant unique dans la blockchain. Ils se connectent via un login sécurisé qui leur confère un rôle et des habilitations » expose le service de communication de Carrefour.

Une traçabilité infalsifiable et indépendante du producteur et du distributeur

En bout de chaîne, le poulet dispose d’un QR code placé sur l’emballage, contenant tout son historique. L’intérêt principal est que, la blockchain étant infalsifiable et privée d’un organe de contrôle central, chaque prestataire reste « attaché » au poulet dont il s’est occupé, et la traçabilité est garantie. Même si Carrefour voulait y changer quelque chose, l’entreprise ne le pourrait pas.

L’entreprise a travaillé en partenariat avec CrystalChain pour apprendre les principes de cette technologie, mais Carrefour a développé sa blockchain entièrement en interne. Après le poulet, le fromage, la tomate ou le steak haché devrait suivre d’ici la fin de l’année.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.