Windows : clap de fin en vue pour le navigateur Edge ?

Dec 12, 2018
Vote on Hacker News

windows-clap-fin-edge

Les navigateurs Internet demeurent une épine dans le pied de Microsoft : après Internet Explorer, abandonné après des années de bons et (dé)loyaux services, c’est son successeur Edge qui devrait disparaître dans les limbes après un tour de piste beaucoup plus court.

Edge n’aura été qu’un bref feu de paille. Lancé voici trois ans et demi, et déjà prêt pour le rebut. Il devait pourtant incarner le renouveau de Microsoft sur le secteur des navigateurs Internet, avec le loupé à peu près total de la pathétique odyssée d’Internet Explorer (IE).

Internet Explorer, récit d’un échec monumental

Au début d’Internet, IE était aussi dominant que Windows sur les systèmes d’exploitation des PC. Microsoft n’avait qu’à produire un outil fiable, qui évolue avec le temps et les exigences des clients. Même en restant un peu en-dessous de la concurrence, il aurait pu rester leader.

Sauf que IE n’a jamais été au niveau. Et le lancement de navigateurs mieux pensés, plus ergonomiques et rapides, Firefox d’abord, Chrome ensuite, a donné un coup de vieux monumental au navigateur par défaut de Windows. Ses parts de marché se sont régulièrement effondrées.

Edge, le renouveau qui finit dans le mur

En 2015, Microsoft a voulu faire table rase, et a équipé Windows 10 d’un nouveau navigateur. Repensé. Remis à zéro. Prêt à en découdre. Trois ans et demi plus tard, Edge plafonne à 4% des parts de marché. Moins qu’IE, qui tourne toujours sur les Windows antérieurs à 2015.

Aucune annonce publique n’a encore filtré. Mais les équipes de Microsoft se sont déjà mis au travail pour développer un nouveau « nouveau navigateur ». Un constat d’échec cinglant.

S’appuyer sur le moteur de rendu de Chrome pour sortir la tête de l’eau

Pour repartir pour de bon à zéro, les ingénieurs vont abandonner le moteur de rendu EdgeHTML. Et le remplacer par un moteur open source bien connu : Chromium – qui équipe Chrome, leader absolu du marché des navigateurs. Le nom Edge sera peut-être conservé, mais le navigateur n’aura plus rien à voir avec son prédécesseur.

Pour se réinventer, Microsoft renonce donc à tout faire tout seul. Il utilise les armes (open source) de la concurrence. Une approche « profil bas » qui pourrait donner une bonne surprise. Même les pires successions d’échec doivent bien s’arrêter un jour, n’est-ce pas ?