Véhicules autonomes : gros plan sur Bestmile, la start-up suisse qui vient de lever 2 millions de dollars

Apr 21, 2017
Vote on Hacker News

La technologie des véhicules autonomes est à un instant charnière de son histoire : les grands constructeurs automobiles et les géants du numérique ambitionnent de passer rapidement à une commercialisation. Dans ce marché dynamique, une seule société indépendante s’impose : Bestmile, start-up de Lausanne, spécialisée dans la gestion des flottes, qui vient de lever 2 millions de dollars.

Un véhicule autonome est un véhicule automobile capable de rouler sans intervention d’un conducteur, sur une route ouverte, l’objectif des étant de développer un véhicule pouvant rouler sur n’importe quelle route, en trafic réel, toujours sans intervention humaine directe.

Le véhicule autonome, une technologie « existentielle » pour le fondateur d’Uber

Cette technologie intéresse de nombreux acteurs du monde automobile et numérique, car ses perspectives de développement sont considérables : partant du constat que près de 95% des accidents automobiles sont causés par une erreur du conducteur, le véhicule autonome pourrait réduire nettement ces accidents. Presque tous les constructeurs automobiles ont un projet « autonome » en cours, Uber estime que cette technologie pourrait faire baisser massivement ses prix, au point que son fondateur le juge « existentiel » pour l’avenir de sa société et qu’il multiplie les tests grandeurs natures.

Bestmiles est le seul à proposer une plate-forme de gestion des flottes

Et si le développement des composants et capteurs à l’intérieur des véhicules est l’objet d’une féroce bataille entre ces grandes entreprises, la gestion des flottes semble plus accessible à de petites entités. C’est la spécialité de la start-up suisse Bestmile, qui a développé une plateforme cloud permettant de gérer à distance les véhicules sans pilotes en fonction des besoins des utilisateurs. Cette plateforme suit chaque véhicule dans le trafic en temps réel, récupère ses données (niveau de la batterie, disponibilité, localisation, etc.) et peut coordonner les départs, déterminer les meilleurs itinéraire et ainsi optimiser les déplacement de l’ensemble de la flotte.

Se développer vite pour s’imposer

« Beaucoup d’entreprises sont en phase avancée de validation et pourraient déployer leur flotte autonome dans un avenir relativement proche » explique Raphaël Gindrat, le jeune cofondateur de Bestmile. C’est pour cette raison que la start-up lausannoise doit rapidement accélérer son développement pour s’imposer comme la meilleure solution sur le marché. « Si on souhaite travailler avec les grands groupes automobiles qui se lancent dans la mobilité autonome, il faut y aller à fonds et prendre un peu plus de risque » développe Raphaël Gindrat.

C’est pour cette raison qu’après une levée de fonds de 3,5 millions de dollars en juillet 2016 auprès de business angels européens, américains et japonais, Bestmile vient d’obtenir 2 millions de dollars de trois fonds d’investissement français et américains, Partech Ventures, Serena Capital et Airbus Ventures. Ce n’est qu’un début : la start-up estime qu’elle doit encore lever entre 15 et 20 millions de dollars pour répondre à ses besoins de développement.

Renforcement de l’équipe et développement international

Passées en trois ans d’existence de moins de dix à une trentaine d’employés, Bestmile entend atteindre la centaine de salariés dans quelques mois, majoritairement des mathématiciens et ingénieurs pour la recherche et le développement, les software et le big data. Bestmile vient d’embaucher un directeur des ressources humaines ainsi qu’un nouveau directeur technique, Zhao Lu, un ingénieur chinois qui a travaillé pour IBM et pour Easy Taxi, une plate-forme de taxis à la demande.

Bestmile a ouvert des bureaux à Londres et à San Francisco et devrait s’implanter en Asie en 2018, mais souhaite conserver son siège et le cœur de son activité à Lausanne. L’objectif est d’être dès que possible capable de gérer des flottes de véhicules autonomes dans des villes ou des sites privés : la start-up espère que son indépendance fera sa force ; n’étant lié à aucun constructeur, Bestmile peut se concentrer sur des solutions clé-en-main qui lui permettront de s’imposer sur ce marché émergent.