Le Gouvernement mise sur le reconditionné pour un usage plus responsable du numérique

Le Gouvernement mise sur le reconditionné pour un usage plus responsable du numérique
À la Une

Tandis que 650 millions de nouveaux téléphones mobiles 5G vont être mis sur le marché en 2021, l’empreinte environnementale numérique risque de s’aggraver. Pour mener une transition numérique durable, le Gouvernement a dévoilé un ensemble de mesures destinées à allonger le cycle de vie des appareils, notamment grâce au reconditionné. A l’instar d’Hubside, Back Market ou encore Orange, de plus en plus d’entreprises et d’opérateurs mobiles commercialisent des produits reconditionnés.

La politique gouvernementale en marche

Comment réduire l’empreinte environnementale du numérique ? C’était l’objet de la feuille de route du colloque “Numérique et environnement”, qui s’est déroulé à Bercy le jeudi 8 octobre dernier.  “Le numérique est une opportunité comme un défi pour la transition écologique. Opportunité grâce au télétravail ou encore à une utilisation parcimonieuse de ressources précieuses comme l’eau ou l’énergie. Mais défi également lorsqu’on estime qu’entre 2010 et 2025, l’impact environnemental du numérique pourrait tripler.  (…) C’est le sens de la stratégie présentée aujourd’hui : poser les bases d’un numérique durable”, a affirmé la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. 

Et de rappeler : “on a parfois l’impression que le numérique est quelque chose d’immatériel, de non polluant. Or, il a une empreinte, de l’ordre de 5% à 10% des émissions de gaz à effet de serre en France”. Cette dernière s’est rendue début octobre dans les locaux de Back Market – un des leaders français de la vente de smartphones reconditionnés -, accompagnée du secrétaire d’Etat en charge du Numérique, Cédric O. 

Car pour le Gouvernement, le reconditionnement est un levier prioritaire pour allier croissance numérique et développement écologique. Si d’un point de vue économique, il représente un atout pour le porte-monnaie – pour des performances identiques, le prix d’un appareil reconditionné reviendrait de 20 à 50%, voire 70% moins cher qu’un produit neuf -, côté environnemental, le reconditionné n’est pas en reste. Economie circulaire renforcée, réduction du taux de pollution et des émissions carbone, économie de ressources naturelles, etc. les bénéfices sont nombreux. 

Lutter contre l’obsolescence programmée

Surfant sur cette vague, des entreprises françaises se sont spécialisées dans la vente de produits reconditionnés et prospèrent depuis quelques années. Elles répondent à une “véritable tendance de consommation”, estime la député LREM Aina Kuric, et méritent à ce titre de bénéficier d’aides gouvernementales. C’est le cas d’Hubside, à l’initiative d’un nouveau concept de magasins dédié à la technologie : les Hubside.Store. Avec son approche “phygitale” – contraction de physique et digitale -, le service spécialisé en création de sites internet propose directement en magasin la vente de produits multimédias connectés reconditionnés. Surtout, il ambitionne de lutter contre l’obsolescence programmée et de soutenir une consommation plus responsable des nouvelles technologies.

Autre acteur de premier plan, l’opérateur Orange, qui s’est quant à lui engagé à collecter 30% des smartphones non utilisés d’ici 2025, contre 15% aujourd’hui. Il souhaite multiplier par 5 la vente de ses téléphones reconditionnés, qui représentent aujourd’hui 2% des ventes.

Nul doute que de nombreux autres acteurs s’engageront sur le sujet dans les mois à venir. Une enquête sera bientôt menée par la DGCCRF – Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes – pour en savoir plus sur les pratiques des constructeurs concernant les pièces détachées. L’enjeu : s’assurer que les réparateurs disposent de composants performants, qui ne conduisent pas à un renouvellement trop prématuré des équipements.

Un marché dynamique en France

Les smartphones reconditionnés représentent environ 10% des ventes du marché, et permettent de rendre la technologie accessible au plus grand nombre. Ils se déclinent à travers une large de gamme de modèles en état quasi-neuf, à un prix défiant toute concurrence. “Les consommateurs veulent une marque de qualité à un prix intéressant et n’ont pas forcément le pouvoir d’achat pour s’offrir un smartphone neuf à plusieurs centaines d’euros”, explique Matthieu Millet, fondateur de Remade. 

Le reconditionné, qui offre une alternative séduisante au marché du neuf, attire de plus en plus d’adeptes : en février 2018, Omnibus YouGov publiait le résultat d’une étude réalisée auprès de 1 001 individus âgés de plus de 18 ans. Avec des résultats sans équivoque : “33% des Français possèderaient un produit reconditionné et 45% d’entre eux plébiscitent les smartphones reconditionnés”. 

Alors que 100 millions de smartphones usagés dorment dans les tiroirs des Français, comme le rappelait récemment Cédric O, le reconditionnement semble donc être une solution privilégiée pour allonger la durée de vie de ces précieux objets. 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.