Pour les jeunes, le smartphone toujours indispensable

Pour les jeunes, le smartphone toujours indispensable
À la Une

La rentrée approche et, malgré quelques ajustements liés à la crise sanitaire, les habitudes devraient reprendre pour les élèves de l’enseignement secondaire. Évolution majeure de notre société, le téléphone portable tend désormais à s’imposer comme une fourniture scolaire comme une autre. Tour d’horizon des nouvelles tendances avec le leader français de l’assurance affinitaire SFAM, à l’origine d’une étude réalisée auprès d’un échantillon de 1 000 parents d’enfants âgés de 10 à 18 ans.

Les parents n’ont plus peur du smartphone

Le temps où les parents faisaient en sorte de tenir leur progéniture éloignée le plus longtemps possibles des téléphones portables semble révolu. Selon SFAM, 59 % des parents considèrent le portable comme un outil indispensable dès l’entrée en 6e. 1 parent sur 10 a même prévu d’ajouter le smartphone à la liste des fournitures scolaires de la rentrée. Avec des disparités régionales très marquées. En Basse-Normandie, 8 % des parents pensent que leur enfant doit être équipé dès le CM1. En revanche, 32 % des habitants de la région Centre jugent préférable de patienter jusqu’à l’entrée au lycée.

Sur les critères de choix, pas de grande surprise. Le prix arrive en tête pour 79 % des parents, suivi par la solidité du téléphone (61 %) et la capacité de la batterie (46 %). Ce qui se traduit par des budgets compris entre 200 et 400 euros pour 91 % d’entre eux. Une petite minorité est cependant disposée à payer plus de 400 euros, voire même plus de 500 euros. Pour les parents, fournir un téléphone portable à leurs enfants est avant tout un facteur de tranquillité afin de pouvoir les joindre en toute circonstance.

Quels usages en font les enfants ?

Les parents peuvent être rassurés. 46 % d’entre eux utilisent leur téléphone avant tout pour converser, sous la forme d’appels et tchats. Reste à savoir s’ils répondront de bonne grâce à leurs parents à un âge où le besoin de liberté se heurte bien souvent au nécessaire contrôle parental. Sinon, les réseaux sociaux conservent une grande popularité, pour 20 % des usages, devant les jeux vidéo, pour 12 %. Viennent ensuite la musique, Internet et les photos et vidéos, dans des proportions moindres…

Selon SFAM, les parents surveillent le temps passé sur les écrans

Même si les parents sont désormais plus à même de fournir à leurs enfants un téléphone portable, tout n’est pas permis. 46 % des parents imposent ainsi des règles strictes pour l’encadrer. Les plus sévères sont, selon SFAM, les Alsaciens, qui sont 62 % à drastiquement limiter l’usage du mobile par leur progéniture. D’un point de vue global, 56 % accordent moins d’une heure de temps d’écran par jour à leurs enfants et 16 % affirment que cette durée ne doit pas durer plus de 2 heures.

Point final de cette enquête, seul un quart des parents affirment avoir assuré le téléphone de leur enfant. Un chiffre assez bas, sachant que 36 % des téléphones des jeunes connaissent des épisodes de casse.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.