iRaiser, la start-up qui facilite le don, lève 3 millions d’euros

Nov 19, 2018
Vote on Hacker News

iraiser-start-up-don

La start-up nantaise iRaiser développe des outils permettant aux associations d’améliorer leurs campagnes de don via Internet. En pleine croissance (elle vient d’acquérir deux sociétés), la jeune pousse a levé 3 millions d’euros pour l’aider à s’imposer sur le marché européen.

Fondée en 2012 à Nantes, iRaiser a connu une croissance régulière. La start-up compte aujourd’hui une quarantaine de salariés, dont une vingtaine à Nantes, mais aussi à Paris, en Belgique, en Italie, au Danemark, en Finlande et aux Pays-Bas – symbole de son développement international.

Des algorithmes pour « accroître le don moyen »

iRaiser propose des outils et des logiciels aux associations à but non lucratif afin d’améliorer leurs campagnes de dons sur Internet. L’offre s’appuie sur une plateforme combinant paiement en ligne, marketing automation, crowdfunding ou CRM. Parmi les clients de la jeune pousse, on retrouve des poids lourds du monde des ONG comme l’UNICEF, Médecins Sans Frontières ou encore WWF.

Nous avons mis au point différents algorithmes qui permettent d’accroître le don moyen. Notre but est de permettre aux associations et fondations de collecter encore plus de fonds en répondant aux exigences de sécurité, d’éthique et de transparence, explique Antoine Martel, co-fondateur d’iRaiser. En tout, depuis sa création, iRaiser a soutenu des collectes de dons pour un total de 500 millions d’euros.

Des acquisitions qui font d’iRaiser le leader européen du fundraising

En octobre 2018, la jeune pousse s’est porté acquéreur de deux start-up, le le belge Ifunds Belgium qui déploie un CRM pour les associations et Aidbuilder Nordic, éditeur danois d’une solution de collecte en ligne peer-to-peer.

Cette opération fait d’iRaiser le leader européen du marché de fundraising :Ces acquisitions vont nous permettre de passer d’1,3 M€ à 3 M€ de chiffre d’affaires sur l’exercice 2018. L’objectif est d’atteindre les 10 à 12 M€ dans cinq ans, précise Antoine Martel.

Pour financer cette opération, iRaiser a bouclé un tour de table de 3 millions d’euros auprès des fonds Impact partenaires, Oltre venture et Generis capital. Prochain objectif : le marché britannique, à la culture du don bien plus implanté que chez nous.