BlaBlaCar rachète Ouibus pour muscler son offre intermodale

Nov 13, 2018
Vote on Hacker News

blablacar-rachete-ouibus-intermodale

Covoiturage, bus longue distance, train : BlaBlaCar veut développer son offre intermodale pour ses usagers. Pour cela, l’entreprise vient d’annoncer l’achat de OuiBus, la filiale de transport en car de la SNCF, ainsi qu’une levée de fonds de 110 millions d’euros, auprès de ses actionnaires historiques, auxquels s’est jointe… la SNCF.

Entre BlaBlaCar et la SNCF, les grandes manœuvres de rapprochement ont commencé. Perçus comme concurrents, le géant français du covoiturage et la société nationale de transport ferroviaire pensent que leurs services sont, au contraire, complémentaires et gagneraient à se rapprocher.

Une offre intermodale associant BlaBlaCar et la SNCF

Les deux compagnies veulent ainsi mettre sur pied des offres de transport intermodal associant leurs expertises respectives, et proposant aux usagers un choix souple entre covoiturage, bus et train. Symbole de cette volonté de rapprochement, la SNCF a participé à la dernière levée de fonds de BlaBlaCar, de 110 millions d’euros, aux cotés des partenaires historiques de la start-up. Le groupe ferroviaire s’assure ainsi une place au conseil d’administration de BlaBlaCar, en tant qu’observateur.

Dans le même temps, les deux entreprises se sont mise d’accord pour céder OuiBus, la filiale de la SNCF dédié aux trajets interurbains en bus, à BlaBlaCar. Lancée en 2012, OuiBus accumule depuis les pertes (165 millions d’euros) et menace de licencier de nombreux employés.

OuiBus dans le giron de BlaBlaCar

BlaBlaCar souhaite donc relancer cette entreprise, née de la libéralisation des trajets en car longue distance en Europe. Le marché est porteur, et le géant du covoiturage estime que son expérience lui permettra de remettre sur pied un OuiBus moribond. L’objectif de BlaBlaCar est de “devenir la place de marché de référence pour le transport interurbain par la route”, détaille l’entreprise dans un communiqué.

Cette volonté de se développer et d’élargir son champ d’action se comprend parfaitement. Mais BlaBlaCar doit prouver que ses méthodes peuvent fonctionner dans un autre secteur que le pur covoiturage. Le test est d’importance, mais il doit être réussi pour obtenir son ticket d’entrée parmi les poids lourds du transports de personnes en Europe – ambition avouée de l’entreprise.