Cloud gaming : la prochaine révolution des jeux vidéo ?

Nov 5, 2018
Vote on Hacker News

cloud-gaming-revolution-jeux-video

Microsoft vient d’annoncer, après Google, Nvidia ou Shadow, qu’il se lançait dans le cloud gaming, avec un projet nommé xCloud, qui sera partiellement ouvert au public l’année prochaine. Si l’entreprise de Bill Gates semble vouloir prendre son temps pour proposer un outil immédiatement efficace, cet engouement marque sûrement le début d’une nouvelle révolution du gaming.

Mais d’abord, qu’est-ce que le cloud gaming ? Le principe est simple : il propose aux utilisateurs de se connecter, à partir de n’importe quel terminal (PC, tablettes, smartphones, console…), sur une plateforme. Cette va leur permettre de profiter de leurs jeux vidéo favoris comme s’ils utilisait une machine puissante, et ce, indépendamment de la qualité de leur propre terminal.

Faire tourner le jeu sur des serveurs tiers

Dans le cas du cloud gaming, le jeu vidéo n’est pas installé sur le terminal de l’utilisateur, mais exécuté depuis les serveurs de la plateforme qui commercialise l’offre, via le cloud. Le rendu est transmis en streaming au gamer, mais aucun calcul n’est effectué par sa machine.

Les avantages pour l’utilisateur, quand tout fonctionne bien, sont évidents : pouvoir disposer d’une puissance de calcul toujours optimale et ne pas avoir à racheter une nouvelle machine pour faire tourner des jeux plus récent. Le tout en payant un abonnement mensuel relativement modique.

Shadows et Nvidia, pionniers de cette technologies

C’est le principe de Shadow, le PC dans le cloud, destiné clairement aux gamers. Ses débuts ont été chaotiques, les serveurs ne suivant pas la puissance demandée par les utilisateurs. Mais l’entreprise française ayant essuyé les plâtres, c’est toute la tech mondiale qui semble frétiller devant ce nouveau concept

Nvidia a ainsi emboité le pas à Shadow avec son projet GeForce Now. Contre un abonnement de 9,99 € par mois, vous pouvez jouer à des jeux vidéo dans le cloud sur votre téléviseur.

Après Google, Microsoft lance son propre projet, baptisé xCloud

Plus surprenant, Google s’est lancé dans cette technologie à son tour, avec Projet Stream, une plateforme permettant de jouer en streaming directement à partir du navigateur Chrome, sans autre installation – et avec la même qualité et puissance quel que soit votre machine.

Microsoft, avec sa longue expérience des jeux PC et des consoles, ne pouvait pas rester en dehors de ce marché prometteur. L’entreprise de Bill Gates vient de lancer son propre projet, baptisé xCloud. « Notre objectif avec le projet xCloud est d’offrir à tous les joueurs une expérience de qualité sur tous les appareils, qui soit compatible avec la vitesse et la haute fidélité que les joueurs attendent sur leurs PC et consoles » a précisé Microsoft lors de l’annonce du projet.

Prendre son temps pour proposer un produit de qualité

Pour autant, le géant des logiciels n’entant pas se précipiter et risquer les mêmes déconvenues que Shadow à ses débuts. Le projet est bel et bien en test dans les labos de Redmont, mais il ne sera dévoilé au public, partiellement, qu’à partir de 2019. Microsoft entend mener des tests à petite échelle, pour mesure les effets de multiples connexions sur ses serveurs.

L’atout numéro 1 du projet xCloud est bien entendu le catalogue des jeux xBox, présent et futur, qui pourront tous tourner sur la future plateforme. Pour réaliser cette prouesse, Microsoft a construit un nouveau type de serveur dédié à ce projet, « qui peut héberger les composants de plusieurs consoles Xbox One, ainsi que l’infrastructure associée qui la supporte ».

Le géant du net s’estime bien armé pour faire face à ces défis

Microsoft met également en avant le fait que son service de cloud, Azure, est largement développé dans le monde, avec des centres de traitement de données répartis en 54 régions couvrant 140 pays. Pour fonctionner correctement, le cloud gaming nécessite en effet que les serveurs ne soient pas trop éloignés de l’utilisateur final.

Il faut aussi que les flux de données (commandes envoyées par le joueur dans un sens, streaming de l’animation du jeu dans l’autre) soit adaptés à l’appareil qu’utilise le joueur – un point qui nécessite lui aussi de nombreux tests.

A quand le tour d’Amazon ?

Avec cette annonce, Microsoft annonce qu’il est conscient du défi technologique qui l’attend et qu’il a les moyens de le relever, visant clairement le leadership d’un marché qui n’existe pas encore. On parie qu’Amazon va bientôt se lancer dans le cloud gaming ?