A son tour, Google Cloud va développer des offres utilisant la blockchain

Aug 8, 2018
Vote on Hacker News

google-cloud-offres-blockchain

Google Cloud vient d’annoncer que sa plateforme avait intégré les technologies de deux spécialistes de la blockchain, Digital Asset et BlockApps : quelques semaines après AWS, Google Cloud se lance donc dans l’aventure de la blockchain.

L’annonce n’a sans doute pas surpris grand monde, surtout depuis que le leader des services de cloud computing, Amazon Web Service (AWS), avait révélé sa conversion surprise aux technologies blockchain : Google Cloud a décidé à son tour de développer des offres BaaS (Blockchain as a Service).

Les offres BaaS ont le vent en poupe

Les BaaS ont l’avantage de permettre aux entreprises de proposer des solutions s’appuyant sur l’inviolabilité de la blockchain sans avoir besoin de développer cette technologie en interne, ni même posséder sa propre blockchain. L’entreprise noue un partenariat avec une société proposant des technologie de registre distribuées (« Distributed Ledger Technology » ou DLT), et peut développer ses protocoles à partir de ces registres déjà existant.

« L’un des avantages du partenariat avec un fournisseur BaaS est que les utilisateurs peuvent tirer parti de son expérience pour rendre leurs systèmes plus sûrs » expose Bill Fearnley, directeur des recherches sur les stratégies mondiales blockchain chez IDC.

De plus en plus de grandes entreprises technologiques choisissent cette voie pour proposer des solutions blockchain à leurs clients : c’est le cas de mastodontes comme Microsoft, IBM, HPE, SAP, Oracle, et donc AWS, qui s’est associé à ConsenSys, l’éditeur d’une plateforme blockchain open source basée sur Ethereum, pour créer son propre BaaS, AWS Blockchain Templates.

Un partenariat avec deux champions de la blockchain, Digital Asset et BlockApps

C’est exactement cette voie que vient d’emprunter Google Cloud, en annonçant un double partenariat d’importance avec Digital Asset et BlockApps afin d’aider ses clients à « explorer les moyens dont ils pourraient utiliser les systèmes de la technologie des registres distribués (DLT) sur Google Cloud Platform », comme l’a exposé Google Cloud dans une note de blog.

En matière de blockchain, les deux nouveaux partenaires de Google sont tout sauf des perdreaux de l’année : Digital Asset a assis sa notoriété sur ses logiciel DLT pour le secteur de la finance, BlockApps est l’une des plateforme de développement d’applications blockchain les plus dynamiques et les plus reconnues : « Ce partenariat va réduire les obstacles au développement d’applications DLT en livrant notre plateforme avancée de registres distribués et notre langage de modélisation à Google Cloud » a affirmé Blythe Masters, PDG de Digital Asset,

Vers des smart contracts Google Cloud ?

Google Cloud a même rejoint la version béta privée du programme de développement de Digital Asset, qui va permettre au géant du net d’accéder, comme les autres partenaires privilégiés de l’éditeur DLT, au SDK de son langage de modélisation des contrats intelligents (smart contracts), Digital Asset Modeling Language.

Pour rappel, le contrat intelligent est une technologie d’automatisation basée sur la blockchain : si un certain nombre de paramètres prédéfinis sont réalisés, le contrat se réalise et s’exécute, sans action d’aucuns des deux contractants. Par exemple, des conditions peuvent être définies pour valider un achat immobilier : dès qu’elles sont toutes réalisées, l’argent est viré automatiquement par la banque sur le compte du vendeur, officialisant la cession à l’acheteur. Les applications de cette technologies semblent infinies.

Plus tard dans l’année, Google Cloud va lancer des intégrations open source pour Hyperledger Fabric et Ethereum, les deux principales plateformes blockchain orientées entreprises. Preuve que, sur ce terrain comme sur d’autres, Google Cloud ne veut pas laisser AWS prendre de l’avance. De là à dépasser son concurrent, il y a une marche. Une grande marche…