Start-up : Aircall, spécialiste de la téléphonie d’entreprise, lève 25 millions d’euros

Jun 8, 2018
Vote on Hacker News

start-up-aircall-telephonie-entreprise

La start-up française Aircall propose un outil sur le cloud pour remplacer les terminaux téléphoniques des entreprises : en plein essor mondial, elle vient de boucler un nouveau tour de table, qui va lui permettre une centaine d’embauches, en France et aux Etats-Unis.

En 2014, quatre entrepreneurs français, Pierre-Baptiste Béchu, Xavier Durand, Jonathan Anguelov et Olivier Pailhes, fondent la start-up Aircall, en partant du constat que les outils téléphoniques à disposition des entreprises ne correspondent plus aux besoins de ces dernières. Entre téléphones fixes et flottes de portable, les investissements matériels étaient lourds, pour une efficacité souvent limitée, entre appels manqués, messages ratés ou correspondants injoignables.

Un call center dans le cloud… sans aucun téléphone !

Ils ont alors eu l’idée de proposer une alternative, collaborative et facile d’utilisation. Elle s’appuie sur une dématérialisation du call center d’entreprise, en le faisant migrer dans le cloud : Aircall propose une application, qui peut être installée sur un ordinateur, un smartphone ou une tablette, et qui se connecte sur ce call center.

C’est via cette application que tous les collaborateurs de l’entreprise vont désormais passer et recevoir leurs coups de téléphone, grâce à des lignes dédiées business, dont les numéros ont été choisi au préalable parmi les centaines disponibles sur Aircall, en fonction de la localisation des clients (qui peuvent être des numéros français, anglais ou américains).

Offrir des « gains d’efficacité et de productivité »

Ainsi, le client « s’affranchit de tous les ‘devices’ que vous pouviez avoir avant à gérer dans une entreprise avec des téléphones fixes, mobiles, qu’il fallait régulièrement récupérer ou changer”, détaille Olivier Pailhes. En outre, l’entreprise peut ainsi disposer d’informations précises sur tous les appels de ses collaborateurs, et d’outils pour les classer et les analyser.

« Les équipes sont, de plus en plus, à la recherche de gains d’efficacité et de productivité, rendus possibles par l’intégration du téléphone dans les outils SaaS que les entreprises utilisent au quotidien » complète Jonathan Anguelov.

10 + 25 = 35 millions d’euros de levée de fonds

La trajectoire de cette start-up est plus qu’ascendante : après avoir bouclé plusieurs tours de table à hauteur de 10 millions d’euros, elle vient de franchir un nouveau pallier, avec une levée de fonds de 25 millions d’euros, mené par la société de capital-risque Draper Esprit. Annoncée le 15 mai 2018, ce tour de table réunit des capitaux des fonds Balderton, NextWorld Capital et Newfund.

“Malgré l’émergence de nouvelles technologies orientées vers les clients, comme les chatbots ou les systèmes de messagerie, les clients privilégient toujours le téléphone pour joindre une entreprise. […] Loin d’être réduits au silence, les centres d’appels clients deviennent de plus en plus nombreux” expose ainsi Draper Esprit sur son site Internet, à la page dédiée à la strat-up.

Aircall revendique actuellement un portefeuille client de plus de 2 000 sociétés, répartis dans 40 pays – dont les têtes d’affiche sont Vice, Uber ou SeatGeek. Elle gère près de 3 millions d’appels par mois, à l’aide de 60 collaborateurs répartis entre ses bureaux de Paris et de New York.

Développer le portefeuille client et s’imposer aux Etats-Unis

Cette levée de fonds sera utilisée pour développer la marque, notamment aux Etats-Unis, et augmenter fortement le nombre de clients. Aircall devrait pour cela embaucher une centaine de collaborateurs supplémentaires, entre l’Europe et les Etats-Unis.

Autre objectif : proposer à ses clients « l’intégration la plus simple possible, aux solutions existantes dans les entreprises » expose Jonathan Anguelov. Pour l’instant disponible sur une dizaine d’applications, comme Salesforce, Zendesk, Intercom, Hubspot ou Zoho, Aircall ambitionne une intégration sur une centaine d’autres d’ici fin 2019.

« Nous avons hâte d’offrir plus de valeur à nos clients, grâce à l’amélioration de nos produits et à un écosystème d’intégration plus large » s’enthousiasme Jonathan Anguelov.