Piratage de contenus sportifs : fédérations et diffuseurs s’unissent dans la lutte

Apr 12, 2018
Vote on Hacker News

 

piratage-sport-federations-diffuseurs

La prolifération du piratage de contenus sportifs inquiète un écosystème tout entier. Alors que se prépare un Coupe du Monde de football qui pourrait battre tous les records en la matière, les fédérations sportives et les diffuseurs ont décidé de s’unir, en France, pour défendre leurs droits.

Tout comme pour le monde de la culture, dont le système de financement tout entier est attaqué par la diffusion de contenus audiovisuel pirates (via le streaming et le téléchargement), le monde du sport français souffre des diffusions illégales de contenus sportifs, normalement réservés à des chaînes payantes.

Le sport professionnel est une économie fragile, sur laquelle repose de nombreux emplois

S’arrêter à l’image de clubs possédés par des milliardaires au porte-monnaie sans fonds serait une grave erreur : un club sportif est souvent une petite entreprise fragile, employant, directement ou indirectement, de nombreuses personnes, dont l’activité provoque des retombées économiques positives alentours. Nombre d’entre eux sont dans des situations financières précaires, qu’explique largement l’incertitude économique liée aux résultats sportifs.

Pour ces clubs, comme pour les ligues et fédérations qui les chapeautent, les revenus liés aux diffusions télévisuelles des matchs sont fondamentaux. Rappelons également qu’un pourcentage des droits payés par les diffuseurs est alloués aux clubs amateurs, aux « petits » clubs, ceux qui accueillent les enfants ou les adultes le samedi et le dimanche.

La vague sans précédent de piratage de ces contenus fragilise ces revenus, et pourrait, à terme, remettre en cause l’ensemble de cet écosystème. Le streaming sportif illégal est un fléau pour ce modèle économique.

Une Coupe du Monde en Russie, l’eldorado du piratage et du streaming illégal

En la matière, la tenue de la prochaine Coupe du Monde de football en Russie n’augure rien de bon : le pays est l’un des spécialistes mondiaux du piratage et de la diffusion illégale en streaming des contenus sportif. Pour illustrer le rapport des Russes avec le piratage, les résultats d’un sondage commandé par Irdeto parlent d’eux-mêmes : 87% des adultes interrogés pensent que visionner ou partager du contenu piraté n’est pas illégal, 66% que le téléchargement pirate est légal.

Ajoutons à cela que la Russie est peut-être le pays où les hackers et pirates informatiques ont le plus de pouvoir, et l’on comprend l’inquiétude légitime des diffuseurs – et ce, malgré les mesures mises en place par le gouvernement russe pour tenter de juguler ce phénomène.

La France reste à la traîne dans la lutte contre le piratage

Si la France n’est pas dans une telle situation, et que l’illégalité du téléchargement pirate est connue de la majorité de nos concitoyens, notre pays reste à la traîne en matière de lutte contre le piratage.

Le changement de gouvernement a amené un discours plus conscient et combattif, notamment celui de Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique : « pour lutter efficacement contre le piratage, il faut agir dans deux directions : d’un côté, sensibiliser les familles et rappeler les interdits — et, à cet égard, les nouvelles options envisagées sont importantes —, de l’autre, s’attaquer de manière plus intelligente à ces opérateurs brigands » a-t-il ainsi affirmé.

Mais, sans douter de la bonne volonté d’un gouvernement sincèrement déterminé à agir, les mesures concrètes annoncées depuis des mois tardent à apparaître.

L’APPS, une association de fédérations et de diffuseurs pour combattre le piratage

En France, les premiers concernés par le streaming sportif illégal ont décidé de mieux faire entendre leur voix : à l’image des acteurs internationaux du cinéma, de l’audiovisuel et du divertissement – désormais unis en une alliance pour défendre leurs intérêts face au piratage -, fédérations sportives et diffuseurs viennent de créer une association.

Baptisée Association pour la protection des programmes sportifs (APPS), créée fin janvier 2018, elle regroupe, en membres fondateurs, beIN Sports, Canal+, Eurosport, l’ACCes, la Fédération Française de Basketball (FFB), la Fédération française de Tennis (FFT), la Ligue Nationale de Basketball (LNB), la Ligue de Football Professionnel (LFP), la Ligue Nationale de Handball (LNH), la Ligue Nationale de Rugby (LNR) et la Ligue Nationale de Volleyball (LNB).

La France bientôt correctement armée contre les contenus illégaux ?

L’APPS a commencé à mobiliser l’ensemble des parties prenantes (diffuseurs, ayants droit, hébergeurs, plateformes, moteurs de recherche, FAI, etc.) : le but est de mettre en place des accords interprofessionnels de lutte contre le piratage, et d’épauler les autorités dans les dispositifs qu’elles voudraient mettre en place.

Des concurrents qui s’allient pour se défendre, un gouvernement concerné, un problème identifié : tous les éléments sont en place pour que la France adopte, enfin, des moyens efficaces pour lutter contre le piratage, sous toutes ses formes. Reste aux pouvoirs publics à accélérer la manœuvre…