Le CES 2018 à l’heure de l’Intelligence Artificielle

Jan 5, 2018
Vote on Hacker News

ces-2018-intelligence-artificielle

A quelques jours de l’ouverture du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas version 2018, il semble certain qu’il gravitera autours des technologies liées aux solutions smart ou à l’Intelligence Artificielle. Objets connectés, outils domotiques, commandes vocales et véhicules autonomes devraient être les stars du salon.

La grand-messe des solutions électroniques orientées grand public aura lieu la semaine prochaine, entre le 9 et le 12 janvier 2018, à Las Vegas – avec une ouverture dès le 7 janvier pour la presse. Cette nouvelle édition du Consumer Electronic Show (CES) devrait réunir 4 000 exposants de 150 pays, et drainer pas moins de 170 000 visiteurs. L’occasion rêvée pour une start-up de se faire repérer, ou pour un grand groupe de présenter d’alléchantes nouveautés.

2018, année de l’intelligence

Et la tendance lourde semble déjà connue : les innovations devraient rivaliser d’inventivité sur les terrains déjà connus, mais hautement prometteur, des assistants vocaux et de l’intelligence artificielle. Jack Gold, analyste spécialisé du cabinet J. Gold Associates, prédit que 2018 sera « l’année de l’intelligence ».

A priori, pas de révolution majeure à attendre, mais des améliorations des technologies qui existent déjà, notamment dans le domaine des appareils connectés. En effet, les enceintes à commande vocale, comme le Echo d’Amazon, le Google Home, et les futurs HomePod d’Apple et Bixby de Samsung, semblent être l’alpha et l’omega de l’innovation destiné au grand public : l’avenir est à une maison où tous les objets pourront être pilotée par ces outils à commande vocale.

Un salon submergé « par la domotique et la commande vocale »

« Je pense qu’on va être submergés par la domotique et la commande vocale, avec des hauts-parleurs connectés en train d’interpeller tout le monde dans les allées du salon », plaisante Stephen Baker, analyste du cabinet NDP.

LG devrait d’ailleurs profiter du CES pour présenter sa propre enceinte connectée, la LG ThinQ Speaker, équipée de Google Assistant, l’assistant personnel à intelligence artificielle de Google, offrant un pilotage à distance des objets de la marque – des aspirateurs robots, des climatiseurs ou des luminaires intelligents devraient ainsi être présentés au salon.

Les objets intelligents seront d’ailleurs à l’honneur : là encore LG a pris les devants en dévoilant les caractéristiques de sa nouvelle gamme de téléviseurs dopés à l’intelligence artificielle. Embarquant trois systèmes de commande vocale, le Google Assistant, Alexa d’Amazon et la solution maison de LG, DeepThinQ, cette télévision vous offrira la possibilité de dialoguer avec elle pour choisir votre programme, enregistrer une émission, effectuer un achat de vidéo à la demande, lancer un DVD ou un BluRay, etc. Elle pourra également se substituer aux fameuses enceintes intelligentes en devenant le centre de commande des objets connectés de votre maison.

Automobile intelligente et véhicules autonomes à l’honneur

Un autre secteur-clé d’application pratique de l’intelligence artificielle est l’automobile, qui va se tailler une part du lion au CES 2018. Les assistants à commande vocale, encore eux, devraient s’installer progressivement dans les habitacles de nos voitures, et de nombreuses nouveautés sont attendus dans ce secteur porteur de la smart car. Mais l’attente est grande, surtout, pour l’une des grandes innovations technologiques en cours, celle du véhicule autonome.

Si un grand nombre de constructeurs automobiles sont attendus au CES cette année (Renault-Nissan, Toyota, Hyundai, Ford), c’est probablement pour présenter leurs avancées dans ce domaine perçu comme l’avenir de l’automobile. Las Vegas verra d’ailleurs se dévoiler pour la première fois la Fisker Emotion, berline de luxe tout électrique, équipée pour la conduite autonome, annoncée à un prix d’entrée de 130 000 dollars.

Le transport public sans chauffeur polarisera également l’attention : le français Transdev présentera cette année un modèle de minibus autonome. La France sera d’ailleurs bien représentée dans cette course à l’intelligence, avec ses 274 start-ups labellisées French Tech, juste derrière les Etats-Unis (280), mais loin devant les Pays-Bas (60) et la Chine (55).