Patch de BitCoin : une partie des utilisateurs fait sécession

Aug 17, 2017
Vote on Hacker News

patch-bitcoin-secession

Début août, le vote sans cesse repoussé des « mineurs » de BitCoin a validé le choix du patch qui va permettre de pérenniser l’utilisation de la cryptomonnaie. Mais une petite partie des utilisateurs ont préféré choisir une autre option, qui a donné naissance à une nouvelle cryptomonnaie, Bitcoin Cash. Récit.

BitCoin est une success story totalement à part dans le monde des nouvelles technologies. On sait peu de chose de son créateur, Satochi Nakamoto, et la première des cryptomonnaie s’est appuyé, dès sa création, sur une technologie encore embryonnaire mais révolutionnaire, la blockchain.

BitCoin, première expérimentation grandeur nature de la blockchain

La particularité de cette technologie – et donc de la monnaie – est qu’elle est décentralisée et infalsifiable. Elle garde trace de toutes les transactions effectuées en Bitcoin, et tous les utilisateurs peuvent y avoir accès, et donc les vérifier. Chaque nouvelle transaction ajoute un bloc à la chaîne de bloc, qui ne cesse de grossir. Cette révolution a depuis été copiée par de nombreuses cryptomonnaie et va trouver de lucratives applications dans tous les domaines nécessitant des bases de données, à commencer par les secteurs des banques et des assurances.

Mais le système BitCoin n’était pas exempt de défaut. Son principal était sans doute de n’avoir pas anticipé un tel succès. En effet, les transactions effectuées sur la blockchain sont toutes validées par un ensemble d’utilisateurs, nommés les mineurs, qui utilisent de la puissance de calcul pour vérifier les transactions et les valider – ils sont ensuite rétribués en BitCoin, dont le nom de « minage » pour ces calculs.

Risque de congestion et de lenteurs

Le problème est que le nombre de transactions a explosé depuis la création de la monnaie, mais que la cadence d’ajout des blocs reste fixe. Un nouveau bloc de 1 000 ko est ajouté toutes les dix minutes, contenant des informations sur les dernières transactions validées. Si bien que le système est devenu plus lent, souvent congestionné, un processus qui ne pouvait faire que s’aggraver. Une solution devait être trouvé pour redonner de la fluidité.

Deux écoles s’opposaient en la matière : les partisans d’une augmentation de la taille des blocs, qui pérennisait à coup sûr le système mais pouvait poser des problèmes de sécurité sur la blockchain ; les partisans d’un allégement des blocs, en supprimant des informations jugées superflues, en l’occurrence les adresses des émetteurs et destinataires. Cette signature n’est utile que pour valider la transaction, pas pour la base de données : l’idée était que ces informations transitent en dehors de la blockchain mais n’y soient pas inscrites.

Agrandir les blocs ou alléger les blocs ? That is the question

Pour valider ce choix, il fallait que les mineurs activent un protocole sur le machine, ayant valeur de vote. Plusieurs tentatives n’ont pas abouties mais finalement, début août, le vote a enfin été validé. Une immense majorité des mineurs ont choisi la seconde solution, nommée Segwit, abréviation de « Segregated Witness ». Elle permet désormais d’inscrire entre 1,6 et 1,8 fois plus de transactions sur chaque bloc.

Les soucis de lenteur et de congestion sont résolus, le système conservent ses blocs d’origine et le système qui a fait ses preuves, mais si l’activité augmente encore, ces nouveaux blocs suffiront-ils ? Sur le moyen terme, c’est une certitude, sur le long terme, on peut en douter.

Une sécession qui créé une nouvelle monnaie

Mus par ce doute, un certain nombre de mineurs ont décidé de faire sécession et de choisir la première solution, créant de facto une nouvelle cryptomonnaie. Baptisée Bitcoin Cash, elle s’appuie sur des blocs de 8 Mb, résolvant pour très longtemps les problèmes de lenteurs et de congestion. La cryptomonnaie s’écrira sur un nouvelle blockchain, mais conservera en commun l’ensemble des transactions effectuées avant la sécession.

Ne convaincant que peu d’utilisateurs, le cours de Bitcoin cash s’est écroulé en quelques jours, mais la cryptomonnaie entend poursuivre son aventure. Elle démarre, après tout, à la troisième place des cryptomonnaies ayant le plus d’utilisateurs, certes très loin du Bitcoin original et encore assez loin d’Ethereum, mais avec suffisamment d’adeptes pour s’imaginer un avenir alternatif. Concernant BitCoin, le patch sera totalement activé le 22 août.