Symphony, créée par le Français David Gurlé, boucle un tour de table de 63 millions de dollars

May 24, 2017
Vote on Hacker News

Concurrent direct de Bloomberg, l’application Symphony s’est imposée en trois ans dans les milieux de la Bourse et de la Finance. Au point de boucler un nouveau tour de table de 63 millions de dollars, après en avoir déjà levé près de 170 millions. La belle histoire se poursuit.

Une nouvelle licorne d’origine française est née. Ce terme, qui désigne les jeunes pousses valorisées à plus d’un milliard de dollars, s’applique désormais à l’ancienne start-up Symphony, après son nouveau tour de table menée par BNP-Paribas, de 63 millions de dollars.

Un concurrent de Bloomberg… dix fois moins cher !

L’idée de génie de David Gurlé, un Français vivant en Californie, est de développer un concurrent direct à l’application de Bloomberg, un service de messagerie et d’échanges sécurisés entre employés du secteur de la finance, qui permet également de suivre les actualités du secteur et les cours de la Bourse en temps réel. Symphony propose également ces fonctionnalités, mais en ajoutant un tchat audio et vidéo ou des service comme Slack.

Mais surtout l’application offre un abonnement dix fois moins cher que celui de Bloomberg. Lancée en 2014, elle convainc immédiatement des géants de la finance comme JP Morgan, Merrill Lynch, Morgan Stanley, pour un premier tour de table de 66 millions de dollars. En septembre 2015, Symphony noue deux partenariats capitaux, avec Dow Jones, qui lui fournit son flux d’informations, et McGraw Hill Financial, qui lui apporte son outil d’analyse des données boursières et financières.

Le soutien de géants de la finance

Les professionnels du secteur sont de plus en plus en nombreux à adopter l’application, notamment les grands groupes qui la soutiennent financièrement, et elle s’ouvre à de nouveaux secteurs, la santé, la comptabilité, l’audit. En 2015, un second tour de table réunit plus de 100 millions de dollars, auprès d’investisseurs du monde de la finance comme Goldman Sachs et la Société Générale, mais aussi de Google, qui sent qu’une petite révolution est en marche.

Aujourd’hui Symphony revendique 200 000 clients payants. Cette nouvelle levée de fonds va permettre à la société de se constituer un matelas financier de sécurité, d’accélérer la recherche et le développement, et de s’ouvrir à d’autres marchés, dans d’autres pays que les Etats-Unis. « Cette nouvelle levée d’argent a été encouragée par le fait que la demande des clients et le contexte macroéconomique étaient porteurs », a commenté David Gurlé.